Merci à Rémi B. pour son excellent travail sur ces quelques racines coraniques qui seront utiles aux personnes qui débutent dans l’étude du vocabulaire du coran et du tafsîr (commentaire ou exégèse du Coran).

Merci également à Sarah de Harmony Design, pour ces calligraphies crées spécialement pour l’occasion.

Le terme din دين, généralement traduit par religion. Le terme din prend sa source dans la racine D Y N د ي ن qui renvoi à : être ou devenir débiteur, s’endetter, emprunter, prêter, être redevable, devoir qqch à qqn, rétribuer, juger qqn, professer une religion, se soumettre, obéir, assujettir, suivre qqn, être loyal et fidèle, forcer, contraindre.

Arrêtons-nous ici sur trois termes issus de cette racine.

Le terme daynoun دَيْنٌ qui se rapporte à : dette, redevance (à échéance fixée).

Le terme dinoun دِينٌ qui se rapporte à : rétribution, coutume, engagement, le fait de devoir qqch à qqn, culte dû, tradition, voie, jugement, rapport qu’on a avec qqn, manière d’agir, obéissance, croyance, religion.

Le terme madinoun مَدِينٌ qui se rapporte à : débiteur, celui qui est redevable, qui a une dette à payer, qui est endetté, rétribué.

Pour illustrer ce terme, observons trois traductions francophones de s.2 v.132.

وَوَصَّىٰ بِهَآ إِبْرَٰهِۦمُ بَنِيهِ وَيَعْقُوبُ يَٰبَنِىَّ إِنَّ ٱللَّهَ ٱصْطَفَىٰ لَكُمُ ٱلدِّينَ فَلَا تَمُوتُنَّ إِلَّا وَأَنتُم مُّسْلِمُونَ

« Et Abraham fit cette recommandation à ses fils et à Jacob : « ô mes fils, vraiment Allah a choisi pour le Culte dû. Alors, ne mourez qu’en vous soumettant ! » Maurice Gloton

« Telle fut aussi la recommandation d’Abraham à ses fils. Et Jacob : « Mes enfants, Dieu a choisi pour vous la religion : le mourez que vous ne soyez de Ceux-qui-se-soumettent ». Jacque Berque

« Et Ibrahim ainsi que Ya’qûb (Jacob) recommandèrent cette tradition à leur fils : Mes fils, Dieu a choisi pour vous cette religion, aussi ne mourez qu’en professant l’Islam ». AbdAllah Penot

Le terme Iqra إِقْرَأْ provient de la racine Q R A ق ر أ et renvoi à l’idée de : réciter, transmettre (oralement), dire, lire, citer, étudier, énoncer, rassembler les diverses parties en un tout, faire la synthèse, réunir, être pleine (femelle et son fœtus) et mettre bas, avoir ses règles finies, souffler régulièrement (vent).

Nous allons ici revenir sur trois termes issus de la racine Q R A.

Le terme qourou’oun قُرُوءٌ qui renvoi à : fin des menstrues ou règles, état de pureté légale d’une femme, période, cycle, moment, temps, mesure, rime des vers.

Le terme qouranoun قُرْآنٌ qui renvoi à : récitation (révélée), le fait de réciter, de lire, de transmettre oralement la Parole divine en la récitant rituellement, Qur’an, récitation (coranique).

Le terme aqra’a أَقْرَأَ qui renvoi à : faire réciter, donner à lire, transmettre oralement, souffler à des époques habituelles (vents), approcher, se toucher (sourcils), différer, rester en arrière, revenir de voyage.

Arrêtons-nous ici sur la s.16 v.98.

فَإِذَا قَرَأْتَ ٱلْقُرْءَانَ فَٱسْتَعِذْ بِٱللَّهِ مِنَ ٱلشَّيْطَٰنِ ٱلرَّجِيمِ

« Lorsque tu énonces le Qur’an cherche alors la protection d’Allah contre Satan le lapidé ! » Maurice Gloton

« Quand tu veux psalmodier le Coran, demande à Dieu asile contre Satan le lapidé. » Jacques Berque

« Dès lors que tu psalmodie le Coran, demande à Dieu (avant d’entamer ta lecture) de te préserver de Satan le maudit » AbdAllah Penot

Nous vous proposons ici un court extrait tiré de l’ouvrage de Maurice Gloton, Une approche du Coran par la grammaire et le lexique :

« L’idée maitresse qui préside à l’ensemble de ces acceptions est que le Qur’an, sous l’approche sémantique et religieuse, est la Récitation ou re-citation de la Parole révélée par Dieu et que le Qur’an contient un enseignement divin synthétique, tout à la fois englobant et explicite, transmis par le souffle de l’Esprit ; il se réfère alors à l’oralité et à l’ouïe et donc à la parole articulée. La Tradition enseigne que le Qur’an est la Révélation de Dieu ou Descente de la Parole divine opérée sur Son Messager, Muhammad par l’Ange Gabriel assimilé à un aspect de l’Esprit de Sainteté (ruh al Qudus). »

Nous vous proposons de revenir sur le nom du Prophète de l’Islam, Muhammad مُحَمَّد (que la Paix soit sur lui).

Bien sûr Muhammad désigne une personne particulière mais il trouve bien aussi son origine dans une racine propre. Muhammad provient de la racine H M D ح م د qui renvoie à : louer, louanger, glorifier, remercier, approuver, rendre grâce, trouver qqn digne d’éloges, proclamer les qualités qqn.

Arrêtons-nous sur trois termes issus de cette racine.

Le terme hamdoun حَمْدٌ qui renvoi à : éloge, louange, remerciement, action de grâce et que l’on retrouve notamment dans le terme Hamdulillah (Louange à Dieu).

Le terme Ahmadoun أَحْمَدّ qui renvoi à : plus digne ou très digne d’éloges, plus louangé – Ahmad, nom céleste du Prophète.

Le terme Muhammadoun مُحَمَّدٌ qui renvoi à : couvert d’éloges, rendu louangé – le nom du Prophète – nom dérivé exprimant le temps et le lieu où s’expriment les louanges (de Dieu) ou Ses perfections.

Il ne nous semble pas particulièrement intéressant de comparer les traductions relatives à ces termes car ils font globalement consensus.

Néanmoins on va bien entendu retrouver le terme Hamdulillah الحَمْدُ لِلَه notamment dans la sourate Al Fatiha, sourate de l’Ouverture. On voit ici que le terme est traduit exactement de la même manière.

ٱلْحَمْدُ لِلَّهِ رَبِّ ٱلْعَٰلَمِينَ

« La louange est à Allah l’Enseigneur des êtres de l’Univers » Maurice Gloton

« Louange à Dieu, Seigneur des univers » Jacques Berque

« La louange revient à Dieu, le Souverain des mondes » Abdallah Penot

Dans cette étude du terme islam, celui-ci n’est généralement pas traduit car il renvoi immédiatement à la religion révélée musulmane mais il est aussi utilisé dans le Coran dans le sens de religion primordiale.

Pour tenter de mieux appréhender ce terme nous allons donc nous arrêter sur sa racine S L M qui se rapporte à : être sain et sauf, être ou demeurer intact, garder en bon état, se porter bien, échapper, être exempt de.

Prenons ici quelques termes qui découlent de la racine S L M.

Le terme salamoun qui renvoi à : condition de celui qui est sain et sauf, paix, sauvegarde, sureté, sécurité, préservation, salut, salutation.

Le terme soulamoun qui renvoi à : moyen par lequel on s’échappe, on parvient à qqch, échelle et que nous retrouvons dans la s.52 v.38.

Le terme Souleyman qui renvoi à : Salomon (le prophète-roi)

Le terre Islam qui renvoi à : Islam (religion), le fait de conserver intact, sain et sauf, de se livrer entièrement, etc.

Le terme mouslimouna qui renvoi à : qui se conserve sain et sauf, intact, qui se livre pour se préserver, ceux qui se soumettent et que l’on retrouve notamment dans s.6 v.163.

A noter ici que le terme mouslimouna (duel de mouslim) est souvent traduit de facto par musulmans. Musulman reste cependant simplement la francisation du terme mouslim qui a bien une signification propre.

Prenons comme références les deux versets cités plus haut en nous basant sur trois traductions francophones différentes.

Première référence s.52 v.38.

أَمْ لَهُمْ سُلَّمٌۭ يَسْتَمِعُونَ فِيهِ ۖ فَلْيَأْتِ مُسْتَمِعُهُم بِسُلْطَٰنٍۢ مُّبِينٍ

« Ou ont-ils une échelle d’où ils seraient à l’écoute ? Alors, que celui qui serait à l’écoute vienne avec un argument probant ! » Maurice Gloton

« disposent-ils d’une échelle du haut de laquelle écouter (les cieux) ? Que celui d’entre eux qui écoute produise une justification probante… » Jacques Berque

« Ou disposeraient-ils d’une échelle qui leur permettent d’écouter (les informations venues du ciel) ? Que leur auditoire produise donc une preuve évidente ! » AbdAllah Penot

Seconde référence s.6 v.163

ا شَرِيكَ لَهُۥ ۖ وَبِذَٰلِكَ أُمِرْتُ وَأَنَا۠ أَوَّلُ ٱلْمُسْلِمِينَ

« « à Lui nul codéifié ! » Tel est l’Ordre que j’ai reçu et me voici le premier de ceux qui se livrent pour se préserver (ou : se soumettent). » Maurice Gloton

« Il n’a pas d’associés. C’est de cela que j’ai reçu commandement. Je suis le premier de Ceux-qui-se-soumettent. » Jacques Berque

« qui est sans associés. C’est cela que l’on m’a ordonné de professer et je suis le premier à me soumettre. » AbdAllah Penot

Le terme Rabb prends son origine dans la racine R B B ر ب ب qui renvoi à : idée de maitriser et d’éduquer, être maitre, chef, seigneur, avoir le contrôle de, exercer l’autorité, rassembler, réunir, arranger, accommoder, élever, éduquer, posséder, être propriétaire, idée de permanence, parfumer qqch.

Il est intéressant ici de noter de Maurice Gloton utilise le terme enseigneur, vieux terme français associant enseignant et seigneur.

Nous nous arrêterons sur deux termes issus de cette racine.

Le terme Rabboun رَبٌ qui se rapporte à : maitre, seigneur, éducateur, celui qui enseigner avec autorité et compétence, enseigneur, possesseur, propriétaire et que l’on retrouve notamment dans la s.1 v.2

Le terme Rabbaniyouna رَبَّانِيٌونَ qui se rapporte à : qui appartient au seigneur, au maitre, docteur, rabbin, qui est lié à l’enseignement, de la nature des maitres éducateurs que l’on retrouve notamment dans la s.3 v.79.

Pour illustrer ces deux termes, prenons comme références deux passages coranique en les comparant via différentes traductions francophones.

Première référence s.1 v.2

ٱلْحَمْدُ لِلَّهِ رَبِّ ٱلْعَٰلَمِينَ

« La louange est à Allah l’Enseigneur des êtres de l’Univers » Maurice Gloton

« Louange à Dieu, Seigneur des univers » Jacques Berque

« La louange revient à Dieu, le Souverain des mondes » Abdallah Penot

Seconde référence s.3 v.79

مَا كَانَ لِبَشَرٍ أَن يُؤْتِيَهُ ٱللَّهُ ٱلْكِتَٰبَ وَٱلْحُكْمَ وَٱلنُّبُوَّةَ ثُمَّ يَقُولَ لِلنَّاسِ كُونُوا۟ عِبَادًۭا لِّى مِن دُونِ ٱللَّهِ وَلَٰكِن كُونُوا۟ رَبَّٰنِيِّۦنَ بِمَا كُنتُمْ تُعَلِّمُونَ ٱلْكِتَٰبَ وَبِمَا كُنتُمْ تَدْرُسُونَ

« Il ne conviendrait pas à quelqu’un à qui Allah a donné l’Écriture, la Maitrise et la Prophétie, de dire aux humains : « Soyez des serviteurs pour moi à la place d’Allah ! Mais bien plutôt montrez-vous comme des maitres éducateurs selon la science de l’Écriture que vous transmettez et selon votre application à l’étude. » Maurice Gloton

« Aucun humain n’a droit d’aller, ayant reçu de Dieu l’Écriture, la norme, la prophétie, dire aux autres : « Soyez pour moi, de préférence à Dieu, des adorateurs » Mais non ! Soyez des Hommes-du-Seigneur, à raison même de votre enseignement de l’Écriture, à raison de votre étude de l’Écriture. » Jacques Berque

« Il n’appartient pas à un homme qui a reçu de Dieu les Écritures, la sagesse et la prophétie, de dire ensuite aux gens : Soyez mes serviteurs et non ceux de Dieu, mais (il leur dira plutôt) : Soyez des docteurs (de la Loi) puisque vous enseignez les Écritures et les étudiez. » AbdAllah Penot

 

Voici deux termes centraux du Coran, Rahman رَحْمَان et Rahim رَحِيمٌ , Noms ou Attributs Divins qui sont généralement traduits par le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux.

Ces termes trouvent leur origine dans la racine R H M ر ح م qui renvoi aux idées de : endroit dilatable où est déposé la semence qui actualise des possibilités selon un processus d’amour, d’où l’idée de matrice, de miséricorde, d’amour expansif, d’épanouissement, de rayonnement, de germination, rayonner d’amour, avoir pitié, faire miséricorde, avoir compassion, être clément, mourir à la suite des couches.

Nous nous arrêterons sur trois termes issus de cette racine.

Le terme رَحْمَةٌ (rahmatoun) qui se rapporte à : amour rayonnant, pitié, miséricorde, compassion et que nous retrouvons dans la s.6 v.54 sous la traduction de la Miséricorde.

Le terme أَرْحَامٌ (arhamoun)(pluriel de rahimoun) qui se rapporte à : matrices, utérus, liens du sang, parenté consanguine que nous retrouvons dans la s.13 v.8 sous la traduction de les matrices.

Enfin les termes رَحِيمٌ (rahimoun) qui se rapporte à : Très miséricordieux, plein d’amour, de commisération, très compatissant, qui fait objet de compassion et le terme رَحْمَانٌ rahmanoun qui se rapporte : Tout plein d’amour rayonnant, de miséricorde, Tout-Miséricordieux. Deux termes que nous retrouvons notamment dans s.1 v.1.

Pour rappel, nous nous basons sur l’’ouvrage de Maurice Gloton « Approche du Coran par la grammaire et le lexique ».

De fait nous allons ici observer les trois sourates citées plus haut avec l’éclairage de trois traductions différentes.

Première référence, s.6 v.54

وَإِذَا جَآءَكَ ٱلَّذِينَ يُؤْمِنُونَ بِـَٔايَٰتِنَا فَقُلْ سَلَٰمٌ عَلَيْكُمْ ۖ كَتَبَ رَبُّكُمْ عَلَىٰ نَفْسِهِ ٱلرَّحْمَةَ ۖ أَنَّهُۥ مَنْ عَمِلَ مِنكُمْ سُوٓءًۢا بِجَهَٰلَةٍۢ ثُمَّ تَابَ مِنۢ بَعْدِهِۦ وَأَصْلَحَ فَأَنَّهُۥ غَفُورٌۭ رَّحِيمٌۭ

« Et quand viennent à toi ceux qui, par Nos Signes, mettent en œuvre le Dépôt confié, dis alors : « Paix sur vous ! Votre Enseigneur a transcrit sur Son Ame l’Amour rayonnant. De la sorte, celui d’entre vous qui a commis un dommage par ignorance, puis a fait retour et s’est amendé Le trouve alors Très-Recouvreur, Très-Rayonnant d’Amour. » Maurice Gloton

« Que viennent à toi ceux qui croient en Nos Signes, eh bien dis-leur : « Le Salut sur vous ! votre Seigneur s’assigne à Lui-même la Miséricorde : quiconque d’entre vous commet le mal par ignorance, puis fait retour à Dieu et s’amende, Dieu est Tout pardon, Miséricordieux » Jacques Berque

« Si ceux qui croient à Nos Signes viennent à Toi, dis-leur : La paix soit sur vous ! Votre Seigneur S’est prescrit à Lui-même la Miséricorde ; ainsi, celui qui commet un méfait par ignorance qui s’en repend et s’amende trouvera Dieu Pardonneur et Miséricordieux » AbdAllah Penot

Deuxième référence, s.13 v.8

ٱللَّهُ يَعْلَمُ مَا تَحْمِلُ كُلُّ أُنثَىٰ وَمَا تَغِيضُ ٱلْأَرْحَامُ وَمَا تَزْدَادُ ۖ وَكُلُّ شَىْءٍ عِندَهُۥ بِمِقْدَارٍ

« Allah sait ce que porte chaque femelle et comme les matrices se contractent et se dilatent. Une mesure est assignée à toute chose chez Lui » Maurice Gloton

« Dieu connaît ce que porte toute femelle, et la contraction comme la dilatation des matrices : toute chose trouve en Lui sa mesure ». Jacques Berque

« Dieu sait ce que porte chaque femelle (en son sein) ainsi que les contractions et les dilatations de chaque matrice, toutes choses (étant établies) auprès de Lui selon une mesure (déterminée). » AbdAllah Penot

Enfin, troisième référence, s.1 v.1

بِسْمِ ٱللَّهِ ٱلرَّحْمَٰنِ ٱلرَّحِيمِ

« Par le Nom d’Allah, le Tout-Rayonnant d’Amour, le Très-Rayonnant d’Amour » Maurice Gloton

« Au nom de Dieu, le Tout Miséricorde, le Miséricordieux » Jacques Berque

« Au Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux » AbdAllah Penot

La racine du terme Iman est A M N ( ء م ن )et renvoi à ; idée de sécurité, sureté, confiance, sauvegarde, d’être assuré, d’adhérer, de fidélité, d’ajouter foi, de loyauté, de protection, de croyance.

Nous pouvons ici retenir trois termes, issus notamment du Coran, qui prennent source dans la racine A M N.

Le terme أَمْنٌ (amnoun) qui se rapporte à : sécurité, sureté, lieu sûr, abri, loyauté.

Le terme آمِينٌ (aminoun) qui se rapporte à : sûr, fidèle, digne de confiance, loyal, dépositaire.

Le terme آمَنَ (amana) qui se rapporte à : porter la sécurité, donner confiance, rassurer, porter la foi en, mettre en œuvre le Dépôt confié, adhérer, croire en, sécuriser, tranquilliser, mettre à l’abri et que nous retrouvons dans la s.4 v.175 de Dépôt confié.

Le terme مُؤْمِنٌ (mouminoun) qui se rapport à : celui qui porte la sécurité, la foi, qui rassure, qui donne confiance, fidèle, croyant, qui met en œuvre le Dépôt confié et que nous retrouvons notamment dans la s.4 v.175

Pour informations, la référence coranique ici utilisé est celle de Maurice Gloton.

Pour terminer il est important de montrer différentes traductions existantes dans trois éditions francophones.

Prenons comme référence s.4 v.175.

فَأَمَّا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوا۟ بِٱللَّهِ وَٱعْتَصَمُوا۟ بِهِۦ فَسَيُدْخِلُهُمْ فِى رَحْمَةٍۢ مِّنْهُ وَفَضْلٍۢ وَيَهْدِيهِمْ إِلَيْهِ صِرَٰطًۭا مُّسْتَقِيمًۭا

« Quant à ceux qui ont mis en œuvre le Dépôt confié et ont cherché protection auprès de Lui, alors Il les fera entrer dans un amour rayonnant issu de Lui et leur accordera une faveur. Et Il les guidera jusqu’à Lui sur une voie qui exige la rectitude. » Maurice Gloton

« Quant à ceux qui croient en Dieu, de Lui se fortifient, Il les fera entrer dans une miséricorde venant de Lui, une grâce. Il les guide vers Lui par une voie de rectitude… » Jacque Berque

« Dieu fera entrer au sein de Sa Miséricorde et de Sa Grace ceux qui auront cru et se seront attachés à Lui et Il les conduira sur une voie droite » AbdAllah Penot

Autre référence s.49 v.10

إِنَّمَا ٱلْمُؤْمِنُونَ إِخْوَةٌۭ فَأَصْلِحُوا۟ بَيْنَ أَخَوَيْكُمْ ۚ وَٱتَّقُوا۟ ٱللَّهَ لَعَلَّكُمْ تُرْحَمُونَ

« Ceux qui mettent en œuvre le Dépôt confié sont vraiment des frères. Réconciliez alors vos frères et prenez garde à Allah. Puissiez-vous faire l’objet du rayonnement d’amour ! » Maurice Gloton

« Les croyants ne sont que des frères. Donc, réconciliez vos frères. Prémunissez-vous envers Dieu dans l’espoir d’entrer vous-mêmes en Sa miséricorde » Jacques Berque

« Les croyants ne sont rien moins que des frères ! Aussi, œuvrez à les réconcilier et gardez-vous de Dieu afin qu’il vous soit fait miséricorde. » AbdAllah Penot

Le mot ruh (رُوح), communément traduit par esprit, est issus de la racine R W H ( ر و ح ) qui fait appel à l’idée de bonne odeur, de mouvement d’air rafraichissant et reposant le soir, être exposé au vent, se réjouir de qqch, commencer, se mettre à .

Nous pouvons ici retenir trois termes issus du Coran qui prennent source dans la racine R W H.

Le terme رَوْحٌ (rahoun) qui se rapporte à ; souffle frais, repos, joie, détente, contentement, compassion, assistance, secours et que nous retrouvons dans la s.56 v.88 & 89 sous la traduction de souffle frais .

Le terme رَيْحَانٌ (rayhanoun) qui se rapporte à ; plante odoriférante, effluves embaumés, subsistance, chose nécessaire à la vie et que l’on retrouve de même dans la s.56 v.88 & 89 sous la traduction d’effluves embaumés .

Enfin le terme رُوحٌ (ruhoun) qui se rapporte à ; souffle spirituel de vie, esprit vital, principe spirituel de la vie, âme, esprit (divin) et que l’on retrouve entre autres dans s.17 v.85 sous la traduction d’Esprit .

Pour terminer il est important de montrer différentes traductions existantes dans les éditions francophone existants même si cela ne saurait etre exhaustif.

Prenons comme référence s.56 v.88 & 89.

فَأَمَّآ إِن كَانَ مِنَ ٱلْمُقَرَّبِينَ

فَرَوْحٌۭ وَرَيْحَانٌۭ وَجَنَّتُ نَعِيمٍۢ

« Ainsi dons, s’il est des rapprochés,
Repos, myrte et Jardin du bonheur. » Jacques BERQUE

« Et si alors il (le défunt) se présentait parmi les Rapprochés,
(à lui) alors souffle faire reposant, effluves embaumés et un jardin de Félicité » Maurice Gloton

« Si le défunt est d’entre les rapprochés,
Il goutera au repos et aux parfums dans les jardins de délices » Abdallah Penot

Autre référence s.17 v.85 qui nous interessera peut etre plus particulièrement.

وَيَسْـَٔلُونَكَ عَنِ ٱلرُّوحِ ۖ قُلِ ٱلرُّوحُ مِنْ أَمْرِ رَبِّى وَمَآ أُوتِيتُم مِّنَ ٱلْعِلْمِ إِلَّا قَلِيلًۭا

« On t’interroges sur l’Esprit. Dis : L’Esprit est du ressort de Dieu et il ne vous a été donné de science qu’une part bien chétive. » Jacques Berque

« Et ils t’interrogent sur l’Esprit. Dis : L’Esprit procède de l’Ordre de mon Enseigneur et il ne vous a été donné que peu de science » Maurice Gloton

« Ils t’interrogent au sujet de l’Esprit. Réponds-leur : l’Esprit procède de l’Ordre de mon Seigneur et il ne vous a été que peu de science » Abdallah Penot

Merci de votre lecture, l’article puise principalement sa source dans l’ouvrage « Approche du Coran » de Maurice Gloton.

Nous vous proposons aujourd’hui de revenir sur le terme Shahada ( شَهَادة ) qui est l’attestation de foi musulmane et l’un des cinq piliers de l’Islam.

« J’atteste qu’il n’y a de divinité que Dieu et j’atteste que Muhammad est Son envoyé. »

« Ašhadu ʾan lâ ʾillâha ʾillâ -llâh, wa-ʾašhadu ʾanna Muḥammadan rasûlu-llâh »

أَشْهَدُ أَنْ لَا إِلَٰهَ إِلَّا ٱللَّٰهُ وَأَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّدًا رَسُولُ ٱللَّٰ

La racine du mot Shahada est SH H D ( ش ه د ) qui renvoi à : assister à, être présent, être témoin de, rendre témoignage, témoigner, observer, attester, déposer, confirmer, certifier, reconnaître.

Nous pouvons ici retenir trois termes issus du Coran qui prennent source dans la racine SH H D, nous remarquerons que les termes restent proche les uns des autres.

Le terme شَهَادَةٌ (Shahadatoun) qui se rapporte à : témoignage, attestation, déposition, certificat, citation de preuve, attestation d’Islam et que nous retrouvons dans la s.6 v.19 sous la traduction de témoignage.

Le terme شَهِيدٌ (Shahidoun) qui se rapporte à : témoin, martyre pour la foi et que nous retrouvons dans la s.6 v.19 sous la traduction de témoin.

Enfin le terme مَشْهَدٌ (mash-hadoun) qui se rapporte à : lieu de témoignage, de contemplation, de martyr, de réunion, présence, aspect, vue, spectacle et que nous retrouvons dans la s.19 v.37 sous la traduction de présence.

Pour informations, la référence coranique ici utilisé est celle de Maurice Gloton.

Pour terminer il est important de montrer différentes traductions existantes dans trois éditions francophones.

Prenons comme référence s.6 v.19.

قُلْ أَىُّ شَىْءٍ أَكْبَرُ شَهَٰدَةًۭ ۖ قُلِ ٱللَّهُ ۖ شَهِيدٌۢ بَيْنِى وَبَيْنَكُمْ ۚ وَأُوحِىَ إِلَىَّ هَٰذَا ٱلْقُرْءَانُ لِأُنذِرَكُم بِهِۦ وَمَنۢ بَلَغَ ۚ أَئِنَّكُمْ لَتَشْهَدُونَ أَنَّ مَعَ ٱللَّهِ ءَالِهَةً أُخْرَىٰ ۚ قُل لَّآ أَشْهَدُ ۚ قُلْ إِنَّمَا هُوَ إِلَٰهٌۭ وَٰحِدٌۭ وَإِنَّنِى بَرِىٓءٌۭ مِّمَّا تُشْرِكُونَ

« Dis : « Quelle chose (ou = réalité) est infiniment grande pour témoigner ? » Dis : « Allah Témoin entre moi et vous et ce que Qur’an m’a été inspiré pour que par lui je vous avertisse, vous ainsi que ceux qu’il a atteints. Est-ce bien vous, certes, qui témoignez que d’autres dieux adorés (existent) avec Allah ? » Dis : « Je ne témoigne pas ! » Dis : « Ce que Lui est : un Dieu adoré unique et certes, je désavoue ce que vous associez ! ». Maurice Gloton

« Dis : « Que peut-il y avoir de plus auguste comme témoignage ? » Dis : « Dieu témoigne entre vous et moi que ce Coran m’est révélé pour que je vous donne l’alarme, à vous et à quiconque atteindra son message. Et vous, allez-vous témoigner qu’il est avec Dieu d’autres dieux ? » Dis : « Je me refuse à un tel témoignage ! » Dis : « De dieu unique, il n’est que Lui. Je me proclame innocent de ce que vous lui associez ». Jacques Berque

« Demande-leur : De quelle chose le témoignage est-il le plus grand ? Réponds : Dieu est Témoin entre vous et moi ; ce Coran m’a été inspiré afin de vous mettre en garde ainsi que ceux auxquels il parviendra. Soutiendrez-vous sérieusement qu’il y a d’autres divinités avec Dieu ? Réponds : Je ne témoignerai pas de cela ! Dieu est une Divinité Unique, et je désavoue ce que vous Lui associez » AbdAllah Penot

Autre référence s.19 v.37.

فَٱخْتَلَفَ ٱلْأَحْزَابُ مِنۢ بَيْنِهِمْ ۖ فَوَيْلٌۭ لِّلَّذِينَ كَفَرُوا۟ مِن مَّشْهَدِ يَوْمٍ عَظِيمٍ

« Alors les groupements divergèrent entre eux. Aussi, quelle détresse pour ceux qui ont rejeté la foi lors de leur présence en un Jour capital ! » Maurice Gloton

« Cependant parmi eux, les factions entrèrent en divergence. Malheur aux dénégateurs une fois mis en présence d’un Jour terrible » Jacques Berque

« Les différents partis divergèrent entre eux (au sujet de Jesus). Malheur aux mécréants lorsqu’ils assisteront à ce Jour Terrible » AbdAllah Penot

Retrouvez nos cours d’arabe et de tafsîr pour approfondir ces sujets à travers le texte coranique lui-même.